La robe Persepolis

Hey oui je suis arrivée en Iran il y a environ 3 semaines et j’avais prévu le coup. Il fait chaud et le foulard ainsi qu’une tunique ou un manteau long sont obligatoires. J’en ai profité pour me faire une longue tunique en tissu léger (acheté à stop tissu).
Le modèle vient d’un burda facile printemps/été 2014, je l’avais acheté en Turquie (pas facile le turc ^^)
Les photos ont été prises sur le magnifique site antique de Persepolis en Iran.
dos robe perepolis
robe devant persepolisElle est tout à fait portable sans pantalon… mais pas le choix !
devant 2 rober persepolisBonne semaine à tous !!!

T-shirt Nuage

On a profité d’un endroit magnifique en Arménie pour prendre en photo mon nouveau t-shirt. Nous étions à 2400m d’altitude, une route enneigée pour accéder tout en-haut du col. Mais le résultat est là, de la neige à perte de vue avec un soleil éclatant.
Le patron est bien évidemment le patron plantain de Deer&Doe. J’ai retrouvé un coupon d’1m turquoise et j’ai décidé de me faire un t-shirt à manches courtes (de toute façon j’avais un peu peur de l’effet pyjama avec des manches longues… ahm).
Le patron est vraiment bien expliqué et facile à réaliser. J’ai pris la taille 36.
t shirt nuage dosComme vous le voyez, j’ai voulu mettre un appliqué nuage dans le dos. Ma maman l’a fait avec sa machine brodeuse (impressionnant !!!), j’ai juste eu à le coudre là où je le voulais.
t shirt nuage devant 1Ce t-shirt est simple mais la coupe me plaît, la couleur aussi alors je sais que je vais le porter !!
Une petite photo pour la route et bonne semaine à tous ! Nous arrivons en Iran demain !
paysage

Après déjà 17 jours en France…

… il me reste encore 5 jours sur Paris, puis je m’envole vers l’Arménie pour reprendre ce magnifique tour du monde.
En attendant, deux photos prises en Turquie.

Une créatrice de poupées

Une créatrice de poupées

Un peu de tricot en attendant le barbecue.

Un peu de tricot en attendant le barbecue.

Il faudrait que je vous parle des différentes techniques pour tricoter, en Turquie, par exemple ils mettent toujours le fil autour du cou.
Et prochainement les quelques créations réalisées pendant mon cours séjour en France !!

Datura !

Je compte me faire une datura en début de semaine prochaine, mais j’ai besoin de votre avis. J’ai trois solutions :)
Je prends du plumetis noir offert par perlipinpin (the banyan tree a le même d’ailleurs^^)et c’est pour le haut que j’hésite :
1- dominance de rose
12 – Dominance de blanc
23 – Dominance de bleu
3Allez donnez moi votre avis, n’hésitez pas à argumenter ;) Ce sont que des tissus de récupération !
Je retourne regarder les résultats des élections..

La route de la Soie

En visitant nos premiers caravansérails, nous avons plongé dans l’univers de la route de la soie. Vous souhaitez en savoir plus ?

La soie
La soie est née en Chine il y a presque 2000 av J-C. C’est une fibre textile d’origine animale.
Au V siècle, pour connaître le secret l’Empereur Justinien a envoyé des mouches pour voler les verres à soie, en vain.
Jusqu’au VIIe siècle seule l’Empire du Milieu connaissait le secret de fabrication. Toutepersonne brisant le secret risquait la peine de mort.

Vous êtes prêts pour une petite légende ?
La soie aurait été découverte par hasard par une femme, en buvant son thé sous un mûrier, un cocon serait tombé dans l’eau chaude et elle aurait tiré sur un fil et admiré la solidité, la qualité et la beauté de ce fil et aurait lancé la fabrication de la soie.
Le mûrier blanc abrite le bombyx, le ver à soie le plus connu. Le cocon est brûlé, on le dévide ensuite après ébullition et on récupère des fils. Un fil peut atteindre jusqu’à 2km. On prend ensuite plusieurs fils ensemble pour faire un premier fil de soie brute.

Les routes  de la soie
L’étoffe était importée en Occident par la célèbre route de la soie, la plus grande route commerciale de tous les temps.Elle commençait en Chine à Ch’ang-an (actuellement Xian) jusqu’en France/Italie/Turquie… Elle faisait environ 8000 km et il n’y avait pas une route de la soie mais des routes. Ces routes traversaient des steppes, des forêts, des montagnes, des déserts etc. Les caravaniers transportaient de la soie ainsi que des épices et de la porcelaine chinoise. Au XVe siècle, les routes terrestres ont été abandonnées au profit de routes maritimes moins dangereuses et plus rapides.

 Les caravansérails
Bivouaquer était trop dangereux, n’oublions pas les « 40 voleurs ». Les caravansérails ont ainsi été crée, les humains et les animaux y dormaient en sécurité.
La distance moyenne entre ces lieux étaient d’environ 20 à 30 km. En effet un chameau peut parcourir environ 30 km par jour, cela permettait de se rendre à un second caravansérail si le premier était complet.
A la nuit tombée, les portes se fermaient et le lieu était  gardé. On y trouvait la plupart du temps une écurie, une mosquée (pour les pays musulmans, elles servaient aux marchands), des entrepôts, une cuisine etc.
cara2 cara1cara5
cara4
cara3
Photos de caravansérails en Turquie.
A nous la route de la soie !